lundi 20 février 2012

Visiter l'atelier de Ketna Patel

Aujourd'hui, j'ai accompagné, avec Mimoune, la classe de Lou qui visitait l'atelier de Ketna Patel.
Le but pédagogique de la ballade étant, autre sortir et voir une artiste, d'écrire un article pour un concours.


Les enfants, surexcités, avaient lu son blog avec le maître et avait hâte de voir sa maison qui est décorée de partout. Ils ont d'ailleurs indiqués au chauffeur de bus lorsqu'on est arrivé "C'est làààààà!"

Dans l'entrée un article de journal la décrit comme "happily culturally schizophrenic, yet deeply grounded in an evolving Asian Culture" (comment traduire? Quelque chose comme "une schizophrène culturelle heureuse, bien ancrée dans une culture asiatique en plein mouvement")



Ketna apparaît, et nous autorise à aller quasi-partout (et là je me demande si elle a bien vu qu'on est arrivé avec 40 gamins surexcités en uniforme...). Ketna dégage: C'est une belle fille, avec un sourire énorme, vachement sympa, et qui parle très simplement de son travail. On a juste envie de devenir sa copine!


Elle est née en Ouganda, de parents indiens originaires du Rajasthan. Elle a grandit au Kenya, jusqu'à ses 14 ans, et la guerre... Munie d'un passeport britannique, ses parents la font fuir vers la Grande-Bretagne. Elle y vivra seule pendant 10 ans. Elle est arrivée à Singapour il ya 19 ans, pour travailler sur le projet de l'Esplanade. C'est donc une figure multi-culturelle, des origines indiennes, mais une jeunesse africaine, une adolescence londonienne, et Singapour en cerise sur le gâteau. Elle dit d'ailleurs qu'elle est de nulle part et de partout.
Elle travaille essentiellement par collage et fait aussi bien des tableaux, que des meubles. Depuis l'âge de 10 ans et son premier appareil-photo (d'ailleurs vite confisqué par ses parents car à l'époque le développement d'une photo était un vrai budget), elle photographie tout ce qu'elle voit et prend notre imagerie quotidienne pour la mettre en scène. C'est en ça qu'elle se revendique du mouvement "Pop Asia" (Pop comme populaire et aussi pour le goût des couleurs acidulés et sympathiques!)


Les enfants avaient préparé des questions, étranges et sympathiques, en anglais, car Ketna ne parle pas français: quels étaient ses rêves? Ses parents aimaient-ils sont travail? J'ai beaucoup pensé à notre amie C. qui un jour avait eu une question de sa tante à propos de son chéri artiste "C'est quoi son vrai métier?"; car la réponse de Ketna a été "ben je crois qu'ils ne savent pas vraiment ce que je fais, mon père est un homme d'affaire, l'art pour lui c'est pas vraiment un métier... Ils sont justes content pour moi car je me débrouille bien"

Son atelier regorge de petits tiroirs bien rangés où elle joue à la documentaliste en classant ses photos par thèmes , et ses coupures de journaux par origine.

Elle donnerait presque envie de reprendre un peu le chemin de la création! Qui sait... si vous entendez parler d'une mère de famille schizophrénique munie de ciseaux qui fait des collages psychédéliques c'est peut-être moi!!!!
Mais en attendant, intéressez-vous à Ketna: elle n'a pas encore exposé en France mais qui sait.... et à mes amis-lecteurs créateurs d'événements, contactez-la. D'abord, elle vit 6 mois par an hors de Singapour et vient souvent en Europe, ensuite, elle vaut le détour et enfin elle serait ravie d'exposer en France!

Et sur ce... un chouette dicton à garder en mémoire!

mercredi 15 février 2012

Recevoir des amis qui font un tour du monde

Marion et Julien sont arrivés dimanche. Ils sont depuis octobre en visite autour du globe!

Ca attise notre curiosité, nos envies, nos désirs de vadrouille que l'on a jamais osé tenter...

Ma première question était combien ça coûte un tour du monde?
Le billet de départ avec 5 stops autour de la planète valable un an au maximum est de 2000€, ensuite, leur budget est d'environ 30€ par jour et par personne... Si le budget journalier est large pour l'Asie du Sud-Est (ils sont passés par la Thaïlande, le Laos, l'Indonésie, le Vietnam, le Cambodge), ils affrontent dans les deux mois qui viennent l'Australie et la Nouvelle Zélande où la vie est très chère... Le tout s'équilibre donc...



Je voulais également savoir qu'elles avaient été leurs frustrations. Evidemment faire un tour du monde, avoir la liberté de s'attarder dans un lieu, de choisir ses étapes, ça paraît que du bon.... Leur première frustation est de finalement être touristes dans chacun des pays. Finalement même en restant 3 semaines, voir un mois dans chacune de leur destination, ils font la même chose que tout touriste. Et on ne peut jamais réellement se fondre à la population locale...

Leur bonheur, c'est aussi d'être à deux pendant 10 mois, et de s'enrichir...

Bref... cela donne des ailes....

Ils viennent de partir... Bon voyage! Profitez-en!

Leur blog:
http://d-est-en-ouest.over-blog.com/

dimanche 12 février 2012

Danser!

Ce post va me faire perdre des fans qui se diront "oh, ça va, on a compris"

Il pourrait avoir plusieurs sous-titre:
- François as-tu pris tes billets?
- Sylvain, faudra revenir!
- Les autres: quand vous voulez! (enfin suivant les dispos du canapé-lit! et d'autres éléments que je n'exposerais que par message privé  - oui oui je fais un test sur les lecteurs curieux!)

Revenons à nos moutons danseurs!

Après avoir testé les clubs de Tokyo (où je recommande chaudement le club Asia), ceux de Londres où nous avons adorés nous déhancher sur les rythmes de la Bat Cave (Attention aux yeux: les pépettes sont archis lookés!)... nous voici testeurs des nuits singapouriennes...

La fameuse Bat Cave de Londres


Bon je n'ai pas fait de tels posts plus tôt car nous avons les babysitters idéales que depuis quelques jours: Rémy, qui restera ici 6 mois (idéal parce que tu ne culpabilises pas de gâcher un week-end d'une babysitter qui se couchera à 4h du matin et que tu surprendras en arrivant, couchée sur le canapé, la trace de l'oreiller sur la joue et la bave aux coins des lèvres "hein quoi vous êtes là") et... must du must... nous avons une Mimoune à la maison qui peut assurer le matin quand les parents ont trop dansés la veille...

Bref, on avait testé auparavant quelques lieux sympathiques dont le fameux bar de Parkview Square dont je ne parlerais pas plus longtemps car il mérite qu'on soit surpris par ce lieu! On aime aussi le Chijmes et ses bars autour d'un cloître, ou le Long Bar du Raffles où on déguste le fameux Singapore Sling en mangeant des cacahuètes (là aussi je ne dis pas tout, il faut y aller pour savoir)

Notre première sortie à deux à Singapour: un cocktail au Chijmes


On était déjà "sorti" mais jamais pour danser comme des fous! C'est chose faîte grâce à Claire et Micha qui nous ont proposés une soirée de folie et grâce à Rémy (qui a gardé Ava) et Mimoune (qui a assuré avec les trois poulets).

Nous avons donc quitté la maison après des spaghs bolos maisons, bien sagement, à 21h30, pour monter dans un carrosse affichant 800 000km au compteur avec Claire et Micha (oui 800 000 km au compteur, avec le même moteur est assez classique pour les taxis ici. Celui-là n'avait que 4 ans). Cette fois-ci direction le centre de Singapour où nous avons été au Loof, pour boire un verre en discutant, puis au New Asia, pour danser.

J'aime l'ambiance des clubs tokyoïtes, assez indescriptibles, où on oscille entre le happening et le club classique, où les concerts se mêlent aux prestations de DJ aux cheveux bleus... J'aime l'ambiance londonienne où les clubbers savent se looker ... Dans la fameuse Bat Cave, tout le monde était habillé "années 40" et on pourrait se croire perdu dans une faille spatio-temporelle...

Mais j'avoue avoir adoré danser au 70ème étage d'un immeuble avec Singapour à nos pieds... Le DJ était au top (vraiment!), il avait l'air de s'éclater au moins autant que nous, et ça a bien rattrapé notre échec du Chinchilla... Bon oui... notre dernière sortie censée être dansante, était le jour de notre mariage, Sacha avait 15 jours, et nous avions été dans la seule boîte ouverte d'Andernos... Bon... euh... je pense que c'est le pire endroit où j'ai jamais mis les pieds (désolé pour mes amis andernosiens... je ne peux que vous conseiller de vous évader!!!!) Bref j'ai transpiré, je me suis agitée dans tous les sens, j'ai envoyé bouler mes talons londoniens (les fameux) pour finir pieds nus... sur la moquette!!!! Car oui, le New Asia a une piste de danse en moquette! J'avoue pour Arnaud c'est moins drôle, il ne peut pas glisser avec ses repettos, mais pour moi pieds nus, face à la baie vitrée, j'avais comme l'impression de ne plus avoir 3 enfants, et des obligations de mère au foyer pour le lendemain (et ça, ça vaut tout l'or du monde! Yeah!)

video


Bref, let's dance!

*******
Le New Asia vu d'un autre oeil:
http://paris-singapore.com/new-asia-bar-singapour
*******

mercredi 1 février 2012

le nouvel an chinois

coucou,

J'avais envie de vous parler du nouvel an chinois.
Depuis le 23 janvier, et pendant deux semaines ils font la fête du nouvel an chinois.
C'est l'année du dragon.
Le dragon est le signe le plus fort (pour les chinois).
Le dragon représente le bonheur.
Le dragon est considéré comm le maître du monde.
Tonton Remy est né l'année du dragon (comme tous ceux qui auront cette année 12 ans, 24 ans, 36 ans, 48 ans, 60 ans, 72 ans, 84 ans, ou 96 ans...)
Le signe qui suit ce sera le serpent (Maman) et le Cheval (Papa).

Martine, ma prof de chinois, est du signe du Chien (comme Salomé). Les chinois croient que le signe du chien s'entend mal avec le signe du dragon. Elle craint avoir des malheurs cette année. Elle ne s'habillera jamais en rouge cette année car c'est une couleur qui attire le dragon.

Pour le nouvel an chinois il y a beaucoup de décorations: plein de lanternes comme pour la fête des lanternes (novembre), des feux d'artifices, des fêtes, et les parents donnent aux enfants des "Hung Bao" (enveloppes rouges où on y met de l'argent): 88$ pour les chinois c'est le minimum. C'est toujours un nombre pair mais jamais le nombre 4 parce que ce nombre représente la mort.

Devant les entrées des immeubles, il y a plein de dragons, des guirlandes, des mandariniers parce que cet arbre apporte la fortune, et plein de fleurs. Le soir du nouvel an chinois, les chinois prient pour le dieu de la Fortune.
Kong Xi Fa Cai (Bonne année et meilleurs voeux!)

Lou